Depuis les élections d’octobre, le nouveau Parlement a fait ses premiers pas. Alors que tous les regards étaient tournés vers les Verts et les Vert’libéraux après les élections, la réalité montre que la « vague verte » n’a qu’un faible effet sur la formation des majorités au sein des deux chambres. Le Centre, même si fragmenté, garde en effet un rôle déterminant pour l’établissement des alliances.

Cela est particulièrement visible dans notre analyse sur les positions gauche-droite des élu·e·s. Dans ce cadre, nous avons analysé les réponses des élu·e·s au Conseil national et au Conseil des États ayant complété le questionnaire smartvote (233 sur 246 élu·e·s). En utilisant le positionnement multidimensionnel (« multidimensional scaling » ou MDS), nous avons calculé et projeté les positions sur un axe individuel gauche-droite. Pour la compréhension des résultats, il est important de dire que les questions n’ont pas été codées à l’avance. Les positions sur l’axe découlent uniquement de la proximité des réponses des élu·e·s.

Dans les graphiques ci-dessous établis pour le Conseil national et le Conseil des États, chaque point représente un·e élu·e qui a répondu au questionnaire smartvote. Dans l’ensemble, le graphique semble cohérent : le PS et les Verts, à peine distinguables l’un de l’autre, forment le bloc de gauche alors que l’UDC occupe la quasi-totalité du bloc de droite (avec quelques PLR y compris). Entre ces deux blocs, on retrouve au centre gauche les Vert’libéraux (pvl), le parti évangélique (PEV) ainsi que l’aile gauche du PDC et PLR et au centre droit la majorité des membres du PDC et du PLR. 

Conseil national

Conseil des États

Un constat frappant est qu’une grande partie du groupe PDC (du moins sur l’axe gauche-droite représenté) se positionne de manière très similaire à la plupart des membres du PLR, à savoir plutôt au centre droit. Cela semble encore plus flagrant au Conseil des États qu’au Conseil national. Cette situation signifie qu’il sera tout sauf facile pour la gauche – vague verte ou non – de gagner le PDC à sa cause. Le poids des quatre prochaines années repose donc avant tout sur les épaules des Vert’libéraux (pvl), du PBD et du PEV.

Fait amusant : les deux parlementaires les plus à droite dans les deux chambres viennent du canton de Berne : Erich Hess et Werner Salzmann (tous deux UDC). De l’autre côté de l’hémicycle, les parlementaires les plus à gauche sont originaires du canton de Genève : Delphine Klopfenstein et Lisa Mazzone (toutes deux membres des Verts). (Le positionnement de gauche à droite de l’ensemble des élu·e·s est disponible ci-dessous).

Cela peut également expliquer pourquoi, lors des dernières élections du Conseil fédéral, une partie du groupe de l’UDC a soutenu le PLR Marcel Dobler à la place de la Conseillère fédérale Karine Keller-Sutter : Dobler est le PLR le plus à droite de l’hémicycle.

Positionnements gauche-droite au Conseil national (Analyse MDS Questionnaire smartvote 2019)

Élu·e·s qui n’ont pas répondu au questionnaire smartvote:

  • CN Thomas Aeschi (UDC/ZG)
  • CN Fédéric Borloz (PLR/VD)
  • CN Roland Rino Büchel (UDC/SG)
  • CN Jacqueline de Quattro (PLR/VD)
  • CN Olivier Feller (PLR/VD)
  • CN Peter Keller (UDC/NW)
  • CN Roger Köppel (UDC/ZH)
  • CN Magdalena Martullo-Blocher (UDC/GR)
  • CN Isabelle Moret (PLR/VD)
  • CN Gerhard Pfister (PDC/ZG)
  • CN Bruno Storni (PS/TI)
  • CN Mauro Tuena (UDC/ZH)
  • CN David Zuberbühler (UDC/AR)

Positionnements gauche-droite au Conseil des États (Analyse MDS Questionnaire smartvote 2019)

Il manque ici Daniel Fässler (PDC/AI) qui avait déjà été élu à la Landsgemeinde au printemps 2019.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Latest Posts By Dylan Jaton

Category

Nouvelles

Tags

, ,