Quelles sont les positions des candidat·e·s à l’élection au Conseil national sur les thématiques liées à l’égalité ? Est-ce que les candidates et les candidats répondent de la même manière à ces questions ?

Après la mobilisation massive de la population pour l’égalité le 14 juin dernier, nous nous sommes intéressé·e·s aux réponses smartvote des candidat·e·s liées à cette thématique. Plusieurs questions du questionnaire smartvote pour les élections fédérales du 20 octobre abordent en effet l’égalité entre hommes et femmes :

  • Êtes-vous en faveur d’un contrôle plus strict de l’égalité des salaires entre hommes et femmes?
  • Une initiative demande l’instauration d’un congé paternité payé de quatre semaines. Êtes-vous en faveur de cette proposition?
  • L’État devrait-il renforcer son soutien financier à la création de structures d’accueil extra-familial?
  • Les couples de même sexe devraient-ils avoir les mêmes droits dans tous les domaines que les couples hétérosexuels?
  • Êtes-vous favorable à une hausse de l’âge de la retraite (p. ex. à 67 ans)?

Nous avons conduit notre analyse en deux étapes [1]. Nous avons tout d’abord étudié les positions des partis au niveau suisse. Dans un deuxième temps, nous avons analysé les différences de positionnement des candidat·e·s de ces partis selon leur sexe.

Les positions des partis

On peut tout d’abord noter qu’une grande majorité des partis analysés sont en faveur d’un contrôle plus strict de l’égalité des salaires, d’un congé paternité payé de quatre semaines, d’un renforcement du soutien de l’État à la création de crèches et sont favorables à une égalité entre couples homosexuels et hétérosexuels dans tous les domaines.

La question de l’augmentation de l’âge de la retraite à 65 ans divise en revanche plus fortement les partis. Les candidat·e·s PLR, Vert’libéraux, PBD et UDC sont en faveur d’une hausse de l’âge de la retraite. Les candidat·e·s MCG, PS, Verts et PDC y sont opposé·e·s.

Les graphiques ci-dessous présentent les taux d’approbation moyens des candidat·e·s aux différentes questions liées à la thématique de l’égalité.

Êtes-vous en faveur d’un contrôle plus strict de l’égalité des salaires entre hommes et femmes?

L’État devrait-il renforcer son soutien financier à la création de structures d’accueil extra-familial?

Êtes-vous favorable à une hausse de l’âge de la retraite (p. ex. à 67 ans)?

Une initiative demande l’instauration d’un congé paternité payé de quatre semaines. Êtes-vous en faveur de cette proposition?

Les couples de même sexe devraient-ils avoir les mêmes droits dans tous les domaines que les couples hétérosexuels?

L’Union démocratique du centre se distingue des autres partis sur les quatre premières questions. Ce parti rejette en effet toutes ces propositions de mesures visant à renforcer l’égalité et s’opposent à l’égalité entre couples homosexuels et hétérosexuels.

Le Parti libéral radical est opposé à la mise en place d’un contrôle plus strict de l’égalité des salaires (35% d’approbation) et rejette encore plus fortement un congé paternité de quatre semaines (31% d’approbation). La majorité des candidat·e·s du PLR soutiennent en revanche le renforcement du soutien de l’État à la création de structures d’accueil extra-familial (54% d’approbation) et pensent que les couples homosexuels et hétérosexuels devraient bénéficier des mêmes droits (93% d’approbation).

Les positions au sein des partis

Dans un deuxième temps, nous avons analysé les réponses des candidat·e·s selon leur genre.

La question sur le contrôle plus strict de l’égalité des salaires divise les candidates et candidats au sein de plusieurs partis. De manière générale, les femmes sont davantage en faveur d’un contrôle plus strict que les hommes, même au sein des partis qui s’y opposent. La différence est la plus marquée chez les candidat·e·s du Mouvement citoyen genevois. Toutes les candidates du MCG sont en effet en faveur d’un renforcement des contrôles contre 75% des candidats (25% de différence).

Les graphiques qui suivent montrent les taux d’approbation moyens des candidat·e·s selon leur genre.

Êtes-vous en faveur d’un contrôle plus strict de l’égalité des salaires entre hommes et femmes?

L’État devrait-il renforcer son soutien financier à la création de structures d’accueil extra-familial?

Êtes-vous favorable à une hausse de l’âge de la retraite (p. ex. à 67 ans)?

Une initiative demande l’instauration d’un congé paternité payé de quatre semaines. Êtes-vous en faveur de cette proposition?

Les couples de même sexe devraient-ils avoir les mêmes droits dans tous les domaines que les couples hétérosexuels?

De manière générale, c’est également au sein du MCG que l’on observe la différence entre hommes et femmes la plus importante dans les réponses sur les questions liées à l’égalité. En effet, la totalité des candidats du MCG sont favorables à l’instauration d’un congé paternité de quatre semaines, alors que seules 33% des candidates le sont, soit une différence de 67%. Cette différence au sein du MCG apparait sur toutes les questions analysées à l’exception de celle sur l’augmentation de l’âge de la retraite, à laquelle candidates et candidats s’opposent (0% d’approbation). Ce fort contraste au sein du MCG peut notamment être expliqué par le faible nombre de candidat·e·s (6 hommes et 3 femmes).

Il est également intéressant de relever que si la moyenne des candidat·e·s de l’UDC s’oppose à ce que les couples de même sexe aient les mêmes droits dans tous les domaines que les couples hétérosexuels, les candidates y sont elles favorables (57% d’approbation).

Bilan

Pour conclure, nous avons pu observer que la plupart des partis soutiennent les mesures qui visent à renforcer l’égalité présentes dans le questionnaire smartvote. La question de l’augmentation de la retraite divise les partis. Par ailleurs, il existe des différences de positions entre candidates et candidats sur la question du renfoncement du contrôle de l’égalité salariale, les femmes y étant plus favorables que les hommes. Concernant les autres questions liées à la thématique de l’égalité, aucune tendance claire ne se dessine entre les positions des hommes et des femmes. A noter encore qu’au sein de certains partis tel que le MCG, les différences de positions entre hommes et femmes sont plus importantes que dans d’autres.

Pour affiner cette analyse, il pourrait s’avérer intéressant de comparer les différences entre les hommes et les femmes sur l’ensemble du questionnaire. D’autres paramètres tels que l’âge ou la profession pourraient également être étudiés dans une analyse future.


[1] Méthodologie: Les candidat·e·s avaient quatre choix de réponses: « Oui », « Plutôt oui », « Plutôt non » et « Non ». Les réponses « Plutôt oui » et « Plutôt non » ont été recodées respectivement en « Oui » et « Non ». Le nombre de candidat·e·s par parti est disponible via ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Nouvelles

Tags

, ,